Avertir le modérateur

20 avril 2008

Romain Mesnil, perchiste militant

Romain Mesnil s’élançant perche en main pour franchir une barre à près de 6m de haut…une image qu’on aurait pu ne jamais voir. C’est par la gymnastique que cet albigeois d'adoption est arrivé au sport à l’âge de 7 ans. Ce n’est que par hasard qu'il découvre la perche en 1992, à l’âge de 15 ans.

 

Pendant longtemps, il cumule le sport et les études d’ingénieur à Toulouse. Sacré champion de France (1997) puis d’Europe (1999) en espoir, il obtient son diplôme en 2001. Physique avantageux (1,88 m pour 80 kg) qui ne laisse pas les filles indifférentes, aisance sur les perchoirs,…les commentateurs ont vite fait de voir en lui le successeur du champion français Jean Galfione, avec qui il s'entend bien . Mais Romain Mesnil tarde à confirmer, semblant céder face à la pression des grands rendez-vous comme aux Jeux de Sydney en 2000.

En 2003, il rejoint le groupe d’entraînement de Georges Martin à Bordeaux et établit la meilleure performance mondiale de l’année à 5m95. Malgré une grosse intervention chirurgicale à la cheville qui le tient écarté de la compétition, il revient à son meilleur niveau en 2006 et vice champion d’Europe à Göteborg puis du monde à Osaka.

"Le sport, c'est politique" 

A 30 ans, marié à une ancienne perchiste et père de deux enfants: Sohan, 3 ans et Titouan, à peine 1 mois, il semble s'être posé. Ses compagnons d'entraînement disent que «Romain était un dilettante, qui ne s’inquiétait pas de grand-chose. Il avait du mal à s’impliquer.» Sportif et chef de famille accompli, il est aussi très engagé. Depuis 2007, il est président du syndicat des athlètes français. Il refuse de rester cantonné au rôle de sportif sans opinion. «Le sport, c’est politique, c’est économique, c’est au cœur de la société», dit-il dans Libération.

En pleine polémique sur les Droits de l'homme en Chine et la situation au Tibet, il a proposé aux athlètes français de porter un ruban vert, couleur de l’espoir, pendant les Jeux de Pékin « pour montrer qu'en tant que sportif on montre qu'on est sensibilisé et qu'on veut faire quelque chose ». Il a aussi lancé un appel au président chinois, Hu Jintao, dans une lettre publiée dans le Nouvel Observateur. Mais considéré comme un signe distinctif à connotation politique, le port de ce ruban a été interdit par le Comité International Olympique.

Décidés à marquer leur désaccord, Mesnil et d’autres athlètes, ont imaginé un badge représentant les anneaux olympiques « pour un monde meilleur ». Le président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), Henri Serandour a annoncé récemment que ce badge serait également interdit. Romain Mesnil s'est dit « évidement déçu » de cette décision sur son site officiel et dans la presse. Il a ajouté que le but des sportifs français était « que les athlètes du monde entier puissent porter ce badge ».

 

Kéthévane Gorjestani

11 avril 2008

Liu, le «Zizou» chinois

Il est une icône en Chine. Liu Xiang est détenteur du record du monde du 110m haies et l’incarnation dans son pays du parfait athlète, beau, brillant et branché.

On le surnomme même «Liu volant». «A Shanghai, sa ville natale, l'histoire de sa (courte) vie est même déjà enseignée dans les écoles primaires…Liu, le premier Asiatique à remporter une médaille d'or olympique dans une épreuve d'athlétisme» est devenu «un véritable culte», raconte ce journaliste d'athledunet.com.Selon un blog anglais, il a remporté en 2007 deux titres, celui du meilleur et du plus populaire des athlètes.

Sa réussite?Le fruit d'un entraînement ultra rude. «Avec d'inlassables efforts et des entraînements de plus en plus durs, Liu Xiang manifeste un don naturel pour la course de haies», précise le site de Radio Chine International. Dans la vidéo suivante, on peut voir à quel point Liu s’entraîne à fond. A chaque fois, il s’élance comme s’il était en finale des Jeux.

Très médiatisé, il continue à aimer le karaoké. Certains de ses fans n’hésitent d’ailleurs pas à le qualifier de «grand chanteur». La preuve ici, où on le voit pousser la chansonnette avec quelques chanteurs célèbres en Chine. Liu n’est pas un bad boy. Pour lui, c'est simple, «seuls les mauvais garçons ont des tatouages.» A 21 ans, Liu «n'a pas de petite amie.» Pour beaucoup de Chinoises, il est pourtant le «copain idéal». Mais Liu sait déjà ce qu'il cherche:  «la principale qualité que doit avoir ma femme, c'est le respect envers ses parents».

Liu a été le premier relayeur lors du passage de la torche olympique à Pékin. Héros de tout un pays, il est «protégé» par le gouvernement et les médias chinois pour qu’il puisse se préparer dans les meilleures conditions. Le «Zizou chinois» ne devra pas décevoir sur sa distance fétiche dans quatre mois...

Zhuoying Feng

16:23 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Liu Xiang, JO, haies, relayeur

22 mars 2008

Le squash bientôt aux Jeux?

En 2005, le squash fut « discipline olympique pendant 15 minutes » a-t-on coutume de dire à la fédération française. Avant que le rêve ne s’écroule, faute d’avoir pu réunir une majorité des 2/3 des votants.

Pourtant, Gilles Rondeau, chargé de communication à la fédération française de squash, milite toujours pour l'entrée du squash dans le programme olympique. « Depuis une dizaine d'années, il y a de plus en plus de pays qui pratiquent le squash » explique-t-il.

Concrètement, le squash, ça ressemble à ça. Et si les Anglais sont à l’origine de ce sport, ce sont aujourd’hui les Egyptiens qui trustent les premières places mondiales.

Comparable au système du tennis, le circuit mondial de squash commence à attirer les sponsors, même si seuls les 20 premiers mondiaux peuvent réellement bien vivre de leur sport.

171e8d507d1a9fa8f039735a070701bb.jpg « Facile d'accès », le squash peut aussi être « un spectacle grandiose », comme en 2006, aux pieds des pyramides de Gizeh.

281ed270b5dbaf054836795ec13515d0.jpg

 

 

 

 

Et puis, cette discipline serait un réservoir de médailles potentielles pour la France, selon Gilles Rondeau.

Mais finalement, qu’a-t-il manqué au squash pour devenir discipline olympique en 2005 ? Pour Yves Hocde, directeur technique national, il y a eu un « conflit d'intérêts au sein de la famille du squash ».


Echec du squash en 2005.
envoyé par josciencespo

Le calendrier pour tous les amateurs de squash est déjà fixé : d’ici avril, le CIO remettra une « short list » des disciplines candidates pour entrer au programme des Jeux de 2016. Le verdict final sera rendu en 2009.

Sylvain Mouillard

11:45 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : squash, lincou, gaultier, JO, pekin, CIO

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu