Avertir le modérateur

20 avril 2008

Romain Mesnil, perchiste militant

Romain Mesnil s’élançant perche en main pour franchir une barre à près de 6m de haut…une image qu’on aurait pu ne jamais voir. C’est par la gymnastique que cet albigeois d'adoption est arrivé au sport à l’âge de 7 ans. Ce n’est que par hasard qu'il découvre la perche en 1992, à l’âge de 15 ans.

 

Pendant longtemps, il cumule le sport et les études d’ingénieur à Toulouse. Sacré champion de France (1997) puis d’Europe (1999) en espoir, il obtient son diplôme en 2001. Physique avantageux (1,88 m pour 80 kg) qui ne laisse pas les filles indifférentes, aisance sur les perchoirs,…les commentateurs ont vite fait de voir en lui le successeur du champion français Jean Galfione, avec qui il s'entend bien . Mais Romain Mesnil tarde à confirmer, semblant céder face à la pression des grands rendez-vous comme aux Jeux de Sydney en 2000.

En 2003, il rejoint le groupe d’entraînement de Georges Martin à Bordeaux et établit la meilleure performance mondiale de l’année à 5m95. Malgré une grosse intervention chirurgicale à la cheville qui le tient écarté de la compétition, il revient à son meilleur niveau en 2006 et vice champion d’Europe à Göteborg puis du monde à Osaka.

"Le sport, c'est politique" 

A 30 ans, marié à une ancienne perchiste et père de deux enfants: Sohan, 3 ans et Titouan, à peine 1 mois, il semble s'être posé. Ses compagnons d'entraînement disent que «Romain était un dilettante, qui ne s’inquiétait pas de grand-chose. Il avait du mal à s’impliquer.» Sportif et chef de famille accompli, il est aussi très engagé. Depuis 2007, il est président du syndicat des athlètes français. Il refuse de rester cantonné au rôle de sportif sans opinion. «Le sport, c’est politique, c’est économique, c’est au cœur de la société», dit-il dans Libération.

En pleine polémique sur les Droits de l'homme en Chine et la situation au Tibet, il a proposé aux athlètes français de porter un ruban vert, couleur de l’espoir, pendant les Jeux de Pékin « pour montrer qu'en tant que sportif on montre qu'on est sensibilisé et qu'on veut faire quelque chose ». Il a aussi lancé un appel au président chinois, Hu Jintao, dans une lettre publiée dans le Nouvel Observateur. Mais considéré comme un signe distinctif à connotation politique, le port de ce ruban a été interdit par le Comité International Olympique.

Décidés à marquer leur désaccord, Mesnil et d’autres athlètes, ont imaginé un badge représentant les anneaux olympiques « pour un monde meilleur ». Le président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), Henri Serandour a annoncé récemment que ce badge serait également interdit. Romain Mesnil s'est dit « évidement déçu » de cette décision sur son site officiel et dans la presse. Il a ajouté que le but des sportifs français était « que les athlètes du monde entier puissent porter ce badge ».

 

Kéthévane Gorjestani

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu