Avertir le modérateur

03 avril 2008

Les sportifs ou comment boycotter les Jeux sans les boycotter

            Aux premiers jours de la répression au Tibet, les sportifs ont refusé toute idée d’un boycott des Jeux Olympiques de Pékin. Mais, après une cérémonie d’allumage de la flamme olympique perturbée, elle a pris une nouvelle dimension. Les athlètes, notamment les Français, se sont illustrés par des prises de positions fortes.

            Romain Mesnil, le vice-champion du monde et d’Europe de saut à la perche, et Président du Syndicat des Athlètes Français, a ainsi proposé que les sportifs portent un ruban vert pour marquer leur « attachement aux droits de l’Homme ». Une initiative que le Comité International olympique (CIO) s’est empressé de classer comme violation de la charte olympique qui exclu toute manifestation politique dans une enceinte olympique. Une règle réaffirmée aux championnats d’Europe d’Eindhoven, avec l’exclusion d’un nageur serbe affichant son opposition à l’indépendance du Kosovo.

            Leslie Djhone, le coureur français, s’est dit lui prêt à « boycotter la cérémonie d’ouverture » par « solidarité ». D’autres athlètes vont même plus loin. Des sportifs allemands auraient fait part au quotidien allemand Bild, de leur intention de ne pas se rendre en Chine cet été. 

            D’anciens athlètes, souvent mêlés à de précédents boycotts, jugent toutefois cette action inutile. « Ce n’est pas parce que certains ne sont pas allés aux jeux olympiques de Moscou que les Russes se sont retirés d’Afghanistan », a assuré Sharron Davies, la nageuse britannique médaillée aux Jeux de Moscou en 1980 boycottés par les Etats-Unis. « C’est la même chose avec Pékin », a-t-elle ajoutée dans une interview sur Sky News.

            D’autres, comme le vice-champion du monde du 50km marche, Yohann Diniz et le nouveau roi du sprint, le nageur Alain Bernard ont évoqué l’hypothèse d’un boycott de la cérémonie d’ouverture par les chefs d’Etat et de gouvernement. Interrogé lundi soir par TF1, le nouveau recordman du 50m et du 100m a affirmé qu’un tel boycott serait « un signe fort des hommes politiques » mais que ça restait « une décision politique ». 

            Cette action, majoritairement souhaitée par les Français (sondage CSA pour RSF et IFOP pour l’Equipe), pourrait être soutenue par le Secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard Laporte, qui a déclaré mardi qu’il n’était « pas contre » un boycott de la cérémonie d’ouverture. « Mais sincèrement, je crois que cela ne changera rien » a-t-il ajouté. Silencieux jusque là, Nicolas Sarkozy a déclaré « je ne ferme la porte à aucune éventualité », l’Elysée précisant dans la foulée qu’il évoquait la cérémonie d’ouverture et non l’ensemble des Jeux.

Kéthévane Gorjestani

23 mars 2008

Départ de la flamme olympique: 5 mois de “grandeur chinoise” au programme

On l'a dit et redit, ces Jeux seront l'occasion pour la Chine de montrer un visage moderne et fraternel au reste du monde. Les autorités de Pékin veulent en profiter pour diffuser l'image d'une nation triomphante, capable d'exploits aussi bien sportifs que techniques. Le relais de la flamme olympique ne déroge pas à cette règle du gigantisme.

La flamme qui sera allumée le 24 mars 2008 à Olympie effectuera ainsi le plus long relais de l'histoire des Jeux (130 jours). Autre record battu, le nombre de relayeurs. La Chine a sélectionné près de 21 880 personnes, sportifs de renom ou non. D'après la belle rhétorique du parti communiste chinois, on pourra compter cette année sur “des travailleurs modèles, des scientifiques, des entrepreneurs excellents, des personnalités connues et des travailleurs” pour transporter le flambeau.

Ils se le transmettront – à pied, à cheval, à vélo, en courant... - sur un parcours de plus de 137 000 kilomètres. Même si le nombre de relayeurs allait régulièrement croissant, celui-ci stagnait généralement aux alentours de 12 000- 13 000 personnes lors des dernières éditions.

6b049050ac30f86887da0a3669e2c0ca.jpgEt si le relais de la flamme bat le record du plus long trajet aérien – à bord d'un avion spécialement équipé de lampes de sécurité protégeant la flamme – ce n'est rien à côté de l'ascension du Mont Qomolangma, plus connu sous le nom de Mont Everest ( 8 844,43 mètres). 76f93790adf779c9cb2e42ae218d5edc.gif

La torche a ainsi fait l'objet d'innovations toutes particulières afin que la flamme puisse survivre à la rudesse de l'Everest, mais surtout pour qu'elle reste flamboyante dans un air si pauvre en oxygène. Les organisateurs expliquent poétiquement que la  flamme olympique résistera aux vents puissants, fortes pluies,  grêles soudaines et à l'air raréfié pour brûler brillamment et  magnifiquement sur le plus haut sommet du monde, le Mont Qomolangma”.

Pour assurer la retransmission télévisée en direct de l'évènement, les autorités chinoises ont équipé la zone d'antennes relais. Mais on n'en oublie pas pour autant les bonnes vieilles habitudes, il y aura tout de même un léger différé en cas d'évènement “imprévu”. Pendant les répétitions, des défenseurs de la cause tibétaine avaient déployé une banderole Un seul monde, un seul rêve, Tibet libre 2008 “.

Autre précaution, un strict contrôle des voies d'accès à l'Everest. La route chinoise jusqu'au toit du monde sera fermée du 1er au 10 mai afin d'éviter toute manifestation malvenue lors de l'ascension de la flamme. La Chine est même parvenue à convaincre son voisin népalais de fermer lui aussi sa voie d'accès vers l'Everest ainsi que vers les sommets les plus proches.

Et avec les récents évènements au Tibet; les autorités chinoises auront fort à faire pour que rien ne vienne gâcher cette belle mécanique. Matt Whitticase, du mouvement Free Tibet Campaign promettait récemment des "manifestations majeures" contre "l'utilisation triomphaliste par la Chine de la flamme olympique". En Grèce, d'où partira la flamme, le gouvernement s'active pour que les opposants au régime communiste ne viennent pas troubler la cérémonie.

Le parcours de la torche prend donc une tournure éminemment politique. Bien loin du thème du relais - “un voyage en harmonie” - et de l'hymne de la flamme, le déjà fameux “Allume le feu sacré, propage notre rêve”.

 

Sylvain Mouillard

14 mars 2008

L'actualité de la semaine

La répression s’accentue au Tibet 

A Lhassa, la situation actuelle est de plus en plus tendue entre les moines et les policiers locaux. Le dernier bilan fait état de plusieurs morts à Lhassa.

Une semaine de contestation des Tibétains en exil 

Les Tibétains en exil ont manifesté, toute la semaine, dans le monde entier à l’occasion du 49e anniversaire du soulèvement de Lhassa, la capitale du Tibet. A Marseille par exemple, une manifestation s’est déroulée le samedi 8 mars à l’appel de l’association Alternative tibétaine, qui dénonce « la répression et la colonisation sur le Toit du monde ».

Les exilés tibétains en Inde « ont manifesté le jeudi 13 mars dans le nord pour protester contre les JO ».  « La police a arrêté une centaine de Tibétains qui réclamaient l'indépendance de la région himalayenne ». C’est en Inde que les exilés tibétains sont le plus nombreux.

Le toit du monde sous contrôle ? 

Conséquence de l’agitation croissante autour de la question tibétaine : une protection ultra-renforcée de l’Everest, qui doit accueillir la flamme olympique le 10 mai. La polémique enfle depuis le début de la semaine: des sites d’alpinisme ont expliqué que la Chine compte interdire toute expédition étrangère durant cette période, traditionnellement très fréquentée par les alpinistes. Raison officielle : les risques de pollution et de sécurité liés à l’affluence exceptionnelle provoquée par la caravane olympique. Crainte officieuse : des manifestations pro-tibétaines trop voyantes le jour de l’événement. L’Association tibétaine de la montagne a publié un démenti mercredi… suivi du témoignage contradictoire d’un tour-operator népalais, qui organise des expéditions dans l’ Himalaya. 

La Chine a aussi son « super ministère » de l’environnement ! 

Indispensable à l’édification d'une « société harmonieuse » pour le président chinois, la protection de l’environnement est désormais une priorité en Chine. Le Figaro relate la future création par les autorités chinoises d’un « ministère entièrement dédié à l'environnement ». Une manière de redorer le blason du pays, un des plus gros pollueurs mondiaux, sur la scène internationale.

Le très officiel Quotidien du Peuple l’explique, cette création  « reflète le changement de pensée et la prise de conscience exacerbée envers le besoin d'une croissance mieux gérée ». Cette prise en compte de l’environnement suscite quelques résistances, notamment de la part de certaines provinces ou encore du super ministère de l’Industrie, pour qui la croissance est bien la priorité.

Andy Roddick forfait aux Jeux

Andy Roddick, numéro 6 mondial, a annoncé le 12 mars qu’il ne participerait pas aux JO de Pékin cet été. Le joueur de tennis américain préfère se concentrer sur sa préparation pour l’US Open. Il veut défendre son titre à l’Open de Washington qui se déroule du 11 au 17 août, en plein milieu des JO. Dans un communiqué publié par les organisateurs de ce dernier, le tennisman explique que « défendre [son] titre à Washington est la meilleure préparation pour un autre titre en grand chelem ». L’US Open se déroulera à New York du 25 août au 7 septembre.

Menace terroriste sur les Jeux?

Les autorités chinoises clament avoir déjoué un attentat terroriste contre le JO. C’était un projet d’un attentat contre un avion assurant la liaison entre le capitale du Xinjiang, une province séparatiste musulmane du pays, et Pékin. Les organisations de défense des droits de l'homme ont pour leur part constamment accusé Pékin de mener une répression dans le Xinjiang. Certains affirmaient que la Chine cherchait prétexte de la "guerre contre la terreur" pour faire taire ceux qui s'opposent au régime.

Clooney après Spielberg...

La star américaine fait pression sur Omega, le chronométreur officiel des Jeux olympiques de Pékin dont il assure la promotion, pour que le fabricant de montres dénonce publiquement la politique de la Chine au Soudan. "J'ai demandé, et je continuerai à le faire, à la Chine d'utiliser son pouvoir d'influence considérable auprès du gouvernement du Soudan", a souligné mardi 11 mars George Clooney. Nick Hayek, directeur général du groupe Swatch, propriétaire d'Omega, a affirmé le même jour que sa société avait abordé la question du Darfour avec l'acteur. 

En février, le réalisateur américain Steven Spielberg avait cessé sa collaboration avec les organisateurs des JO de Pékin pour les cérémonies d'ouverture et de clôture, pour les mêmes raisons. De plus, George Clooney, Matt Damon, Brad Pitt et Don Cheadle, les acteurs de la trilogie des Ocean ont financé, à travers leur association "Not on our watch", 320 000 euros pour que le Programme alimentaire mondial (PAM) puisse continuer à acheminer de l'aide au Soudan.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu